3 exercices simples pour améliorer ton copywriting (à faire n’importe où)

exercice copywriting

Mardi 7 mai, dans la salle d’attente, juste avant de me faire piquer…

Vu le monde qu’il y a (apparemment tout le monde a décidé de faire sa prise de sang le même jour que moi…), je sens que ça va être long.

Je sors alors mon iPhone et check mes emails, mes abonnements YouTube et les dernières news Apple (et non pas Facebook, je l’ai viré de mon téléphone…). 

Bon, pas grand chose de nouveau. Alors que je m’apprête à cliquer sur l’un des nombreux jeux débiles installés sur mon téléphone… je me demande s’il n’y aurait pas moyen de trouver une occupation plus utile ?

Me vient une idée :

Et si j’en profitais pour m’exercer au copywriting ? 

Avec une contrainte par contre : j’ai pas de feuille ni de stylo, et j’aime pas écrire sur mon téléphone. Ce sera donc de l’entrainement mental !

Je pense alors au premier exercice que je vais te présenter de suite.  

(Comme les deux autres, je ne prétends pas l’avoir inventé.)

Exercice n°1 : transformer les caractéristiques en bénéfices

Une des erreurs classiques en copywriting (si tu veux connaître les autres : https://lauradaufeld.com) est de se concentrer sur les caractéristiques de son produit, plutôt que sur les bénéfices concrets qu’il apporte aux clients. 

Pourquoi les bénéfices fonctionnent mieux que les caractéristiques pour vendre ?

Parce que les caractéristiques mettent les projecteurs sur ton produit. Or les gens s’en foutent de ton produit. Je sais c’est violent… mais c’est PRIMORDIALE que tu retiennes ça. 

Les bénéfices, au contraire, se focalisent sur le client. Sur ce que le produit va lui apporter concrètement dans sa vie. Et si ça fonctionne si bien, c’est parce que la chose qui intéresse le plus chacun d’entre nous, c’est nous-mêmes…

S’habituer à trouver les bénéfices des produits est donc un très bon exercice. 

Alors c’est parti, je cherche autour de moi ma première cible. Mon regard se pose sur la machine à café juste en face. Elle fera parfaitement l’affaire !

Les caractéristiques de la machine à café : elle te prépare des expresso, des gringo, et autres caféto (… j’y connais rien en café).

Ses bénéfices pour les utilisateurs : les rebooster en moins de 30 secondes (en appuyant juste sur un bouton) !

Autre exemple avec une chaise :

Caractéristiques : 4 pieds, une assise, un dossier.

Bénéfices : permet de se reposer. 

Et voilà comment tu peux t’amuser à faire ça avec tous les objets qui t’entourent.

Pour moi, l’attente n’aura pas été si longue finalement et ce seul exercice aura suffi à m’occuper.

Mais si toi tu as du temps devant toi, voici deux autres moyens de t’occuper (et surtout de progresser en copywriting). 

Exercice n°2 : affuter la seconde meilleure arme du copywriter

Tu sais quel est l’élément le plus important d’une page de vente, d’un article, d’une vidéo, d’un email, etc ?

C’est le titre.

Pourquoi ?

Parce que, comme le dit David Ogilvy, 5 fois plus de personnes verront ton titre que ton contenu. T’as donc pas intérêt à le louper…

La seconde meilleure arme du copywriter ?

C’est les puces promesses. Le moment où tu présentes les promesses de ton produit ou service une à une.

C’est dans cette partie que tu abats tes meilleures cartes pour convaincre ton prospect que ton produit est vraiment ce qu’il lui faut pour résoudre son problème. C’est donc l’un des points clés d’une page de vente.

T’entrainer à en créer est donc un excellent moyen de progresser en copywriting. 

Comme pour l’exercice précédent, repère un objet autour de toi et liste les points qui pourraient convaincre une personne de l’acheter. 

Je reprends l’exemple de la chaise :

  • Assise moelleuse et confortable 
  • S’associe avec tous vos meubles grâce à son style sobre
  • Pliable pour se ranger sous la table et gagner de la place

Exercice n°3 : utiliser ce qui est mauvais pour te faire progresser 

Une pratique populaire en copywriting est de créer un « swipe file ». C’est un dossier dans lequel tu vas mettre toutes les pages de vente, les titres, les emails, etc, que tu as trouvé bons, pour t’en inspirer plus tard. 

Perso j’utilise aussi ce qui est moins bon.

Pas pour m’en inspirer évidemment… Mais pour essayer de comprendre ce qu’il manque pour me donner envie de cliquer / acheter, puis pour essayer de l’améliorer. 

Tu peux faire ça avec des titres de vidéos YouTube, des articles, des mailing, des publicités (en ligne ou réelles), ou encore des accroches de pages de vente. Ou même avec les puces promesses qu’on a vu juste au-dessus.

Encore une fois, c’est un exercice que tu peux faire n’importe où, puisque t’as juste besoin de ton cerveau !

Et voilà ! Tu sais maintenant comment améliorer ton copywriting peu importe où tu te trouves.

Alors pense à moi la prochaine fois que tu t’ennuieras et que tu sortiras ton smartphone sans même t’en rendre compte… t’as un terrain de jeu énorme tout autour de toi ! 

À plus dans le magicobus 🙂